Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Les dunes constituent des milieux exceptionnels pour accueillir les oiseaux mais sont souvent dédaignées par les ornithologues car très étendues et très broussailleuses. Les dunes de la plaine maritime picarde accueillent des milieux très variés : boisements de feuillus et de conifères, saulaies, zones humides et de dunes à mousses, la plupart sur des espaces privés ou/et protégés. Veillez donc à respecter la réglementation de chacun d’eux.

De Dannes à Etaples, les dunes sont bordées par une série de coteaux qui peuvent s’avérer intéressants à prospecter pour les rapaces. Par la suite, les dunes sont bordées par des marais difficiles à prospecter car privés (marais de Balançon, marais de Cucq-Villiers) mais très intéressants et accueillant notamment comme nicheurs l’Echasse blanche, l’Avocette élégante ou depuis peu le Butor étoilé, ainsi que beaucoup d’espèces de limicoles en halte migratoire lorsque les niveaux d’eau sont favorables. Les ornithologues n’y sont néanmoins pas forcément les bienvenus du fait d’une forte tradition de chasse. 

Enfin cette zone englobe les estuaires de la Canche et de l’Authie, à ne pas rater ! Cette vaste zone, largement chassée et difficile d’accès, est largement sous prospectée. Laridés et limicoles et rapaces peu communs y ont déjà été observés. En voici quelques exemples :

        Pygargue à queue blanche en hivernage en baie de Canche en 1995
        Buse pattue régulièrement
        Mouette de Franklin en baie de Canche en 1981
        Bécasseau falcinelle en 1989 en baie d’Authie et en baie de Canche
        Pluvier fauve en baie d’Authie en 2000


L’observation en mer depuis les dunes peut également réserver de bonnes surprises avec notamment de beaux stationnements de macreuses ou de plongeons.


Les dunes du Mont St Frieux :

Ce site naturel accueille notamment comme nicheur le Pic noir, l’Alouette lulu et le Rougequeue à front blanc, trois espèces très localisées sur la côte du Nord-Pas de Calais. Le sentier le long de la plage chemine à travers un entrelacement de saulaies et de dunes arbustives susceptibles d’accueillir des migrateurs intéressants. Les autres secteurs plus boisés permettent de rencontrer régulièrement le Beccroisé des sapins (nicheur probable bien que jamais prouvé), le Tarin des aulnes et de nombreuses espèces de fringilles et quelquefois de rapaces.

Attention : Ce site est très fréquenté par les touristes à la belle saison.


La baie de Canche et ses dunes :

Cette zone naturelle peut être divisée en 2 grandes parties :

La première est constituée par la Réserve Naturelle et ses dunes. Cette RN est composée d’un secteur humide (côté Etaples) accueillant le Butor étoilé en hivernage et la Panure à moustaches comme nicheur, ainsi que ça et là quelques canards et limicoles, et d’un secteur de dunes sèches (côté Ste Cécile) accueillant comme nicheur la Bondrée apivore, l’Alouette lulu et la plus grosse population régionale d’Engoulevent d’Europe. Au sein des nombreuses pinèdes occupant ces dunes, on observe également les mêmes espèces qu’au Mont St Frieux.
panorama-Baie-de-Canche-copie-1.jpgVue sur l'estuaire de la Canche et ses zones dunaires - photo: F.Caloin


La seconde partie est consituée par l’estuaire de la Canche, dont la principale qualité est d’accueillir chaque jour un dortoir de plus de 20 000 laridés (jusqu'à 50 000 en hiver). Nombre d’oiseaux y stationne également au passage prénuptial (surtout des limicoles) ou postnuptial (surtout sternes, stationnement moindre en limicoles du fait de la chasse).


musoir-PM.jpg

Le musoir de la Baie de Canche - photo: F.Caloin


Les dunes du Touquet à Merlimont:

Réduites et morcelées du fait de la pression humaine, ces dunes sont néanmoins très intéressantes et accueillent quelquefois des oiseaux peu communs (Fauvette pitchou plusieurs fois en hiver, Bruant mélanocéphale en  2007). Une grande partie de cette zone est protégée (site classé, Réserve biologique domaniale, etc.) et accueille également en période de nidification le Pic noir, l’Engoulevent d’Europe, ainsi que le Gravelot à collier interrompu sur la plage.


La baie d’Authie :

Les gravières de Conchil et de Waben situées en arrière de l’estuaire constituent les seules grands plans d’eau tranquilles du littoral du Pas-de-Calais. Ce sont des sites récents et en pleine transformation accueillant en période de nidification une colonie d’Avocettes élégantes, l’Huîtrier-pie  et l’Echasse blanche ainsi qu’une belle colonie d’Hirondelles de rivage.

Les bas champs encore préservés de la baie d’Authie constituent également des sites très intéressants hors période de chasse pour la Barge à queue noire, le Combattant varié, ainsi que les canards.

Enfin, l’estuaire non construit est magnifique, bien que souffrant d’une fréquentation trop importante. On y observe chaque hiver quelques passereaux nordiques et, comme dans l’estuaire de la Canche, de gros stationnement prénuptiaux de limicoles mais aussi de canards.

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Observations ornithologiques sur le littoral Nord-Pas de Calais
  • Contact

SAISISSEZ VOS DONNEES EN LIGNE !